Les oubliés du confinement

On juge une société à la manière dont elle traite ses aînés…


Lorsque l’alternative se limite à laisser mourir de la pandémie ou laisser mourir de solitude, c’est que notre société a failli quelque part.
Les maisons de repos sont au cœur de l’actualité depuis plusieurs semaines. Elles suscitaient une certaine indifférence, elles ont provoqué la compassion. La Ligue Libérale des
Pensionnés veut apporter une voix moins dramatique, plus posée, pour réfléchir ensemble sur les récents événements.

• Sommes-nous condamnés au mouroir ?
• Pouvons-nous briser ce continuum quasi obligatoire entre le domicile et la maison de repos, en passant par des allers-retours à l’hôpital ?
• Comment faire des maisons de repos non plus des lieux de fin de vie, mais plus simplement des lieux de vie ?

Augmenter la taille